Lu pour vous : Facteurs influant la pratique de l’échographie clinique ciblée – Danemark

Andersen CA, Brodersen JB, Graumann O, Davidsen AS, Jensen MB. Factors affecting point-of-care ultrasound implementation in general practice: a survey in Danish primary care clinics. BMJ Open [Internet]. 2023 Oct 1 [cited 2024 Mar 16];13(10):e077702. Available from: https://bmjopen.bmj.com/content/13/10/e077702

Voici un article qui a comme thématique principale les facteurs influencent l’implantation de l’échographie clinique ciblée (POCUS/ECC) en médecine générale. 1216 médecins généralistes (MG) exercent dans les soins primaires au Danemark ont répondu, soit ~36% de tous les généralistes danois.  

La SNECHO-MG remercie Adrian Biqkaj et le Club Echo de Sorbonne Université pour ce travail d’analyse !

L’étude transversale tente de répondre à quatre interrogations principales au travers d’un questionnaire soumis aux généralistes participants :

  • La proportion d’utilisateurs de l’échographie clinique ciblée parmi les médecins généralistes au Danemark
    • 11.5% des répondants utilisent l’ECC
  • L’utilisation actuelle de l’échographie clinique ciblée par les médecins généralistes danois 
    • Les indications qui ressortent sont la Confirmation d’un diagnostic (77% des utilisateurs d’ECC) et pour s’entraîner, s’améliorer (67%) 
    • 53.6% des médecins généralistes utilisateurs de POCUS, utilisent l’échographie clinique ciblée quotidiennement
    • Les principaux appareils explorés sont la Gyneco-Obsetrique (93%), l’Abdomen pour 67% et le Musculosquelettique pour 61%
  • Les facteurs liés au déploiement de l’échographie clinique ciblée en médecine générale
    • La difficulté à se former, l’insécurité diagnostique, le coût pour le praticien (à s’équiper, la non-valorisation de l’ECC…) ainsi que le manque de temps font partie des éléments qui ressortent chez les utilisateurs et les non-utilisateurs. (Cf. Annexe 1)  
  • Les avantages et préoccupations des MG quant à l’utilisation de l’échographie clinique ciblée en médecine générale
    • Aussi bien les utilisateurs que les non utilisateurs sont majoritairement d’accord sur les avantages de l’ECC notamment sur une meilleure qualité de la prise en charge et de l’adressage vers les spécialistes des patients.  Ainsi qu’une plus grande satisfaction au travail pour le MG. 
    • En revanche un désaccord ressort sur les inquiétudes entre les deux parties. En effet, les non-utilisateurs soulignent un éloignement du cœur de métier, ainsi que le manque de temps pour les missions ‘classiques’ de généraliste entre autres. (Cf annexe 2). 

Les principales limites de ce travail sont la longueur du questionnaire (>40 questions), avec des réponses incomplètes chez les non-utilisateurs ce qui risque de biaiser les chiffres obtenus. Ainsi qu’une étude qui porte sur un seul pays donc difficile de savoir dans quelle mesure les chiffres sont superposables à la France par exemple. Mais beaucoup de points font écho à ce qu’on observe en France, l’absence de recommandations pour la pratique de l’ECC par exemple ce qui peut freiner certains des généralistes à pratiquer. Enfin, la modification du travail du généraliste est également soulignée dans l’étude avec pour conséquence, la diminution du temps consacré aux tâches ‘historiques’ du généraliste. Vraie problématique dans le contexte actuel de difficulté d’accès aux médecins généralistes pour les patients.

Rédigé par Adrian Biqkaj et le Club Echo de Sorbonne Université 

  • Annexe 1 Les facteurs limitants la mise en œuvre de l’échographie clinique ciblée en médecine générale
Je suis inquiet/en difficulté par rapport à :Utilisateurs plutôt d’accordNon-Utilisateurs plutôt d’accord 
La possibilité pour les MG de se former au POCUS62.1%80%
La possibilité pour les MG de maintenir à niveau leurs connaissances66.484%
La qualité des équipements abordables (prix)42.9%68.2%
L’insécurité diagnostic 65.7%80.9%
Au risque de passer à côté d’une pathologie grave50%76.8%
Au risque de ne pas savoir quand m’arrêter62.1%68%
Au risque de me tromper de diagnostic 70.7%81.3%
À la responsabilité pénale en cas de mauvais diagnostic59.2%72.2%
Au risque de faire des examens non-nécessaires 42%71.7%
Au risque de trouver des incidentalomes64.2%80.8%
Ma pratique de POCUS est limitée par :   
Une surcharge de travail en générale83.6%77.4%
Le temps nécessaire pour faire du POCUS83.6%77.4%
L’absence de valorisation financière de l’acte80%86.9%
Le prix de l’équipement POCUS75%88.1%
La quantité de formation supplémentaire nécessaire 69.3%79.4%
L’absence de formation lors du cursus initial en médecine générale 45.7%74.3%
Manque de recommandations 62%76.2%
Accès facile aux examens d’échographie 37.8%61.7%
L’opposition de mes collègues15%15%
L’offre de formation disponible pour POCUS46.4%21.3%

Annexe 2 : Les avantages et préoccupations des MG au sujet de l’ECC

Je pense que la pratique de POCUS en médecine générale peut permettre…Utilisateurs plutôt d’accord (%)Non-Utilisateurs plutôt d’accord (%)
D’améliorer le processus diagnostic94.374.9
D’améliorer les adressages aux spécialistes91.467
De poser un diagnostic plus rapidement94.374
De moins adresser de patient vers un spécialiste92.164
D’augmenter mes performances en tant que généraliste 92.957.9
Augmenter ma satisfaction au travail92.952.9
De me donner de la satisfaction professionnelle94.363
De varier mes activités quotidiennes91.465
Diminuer le temps d’attente des patients8063
Augmenter la confiance des patients dans le généraliste8548
De susciter un engouement pour la spécialité 87.959.2
Je suis inquiet sur ce que la pratique de POCUS en médecine générale peut entraîner :   
Un glissement des tâches entre les soins primaires et secondaires37.170.3
Un effet négatif sur les autres tâches39.374.3
Une compétition entre les médecins26.444.1
Un éloignement du cœur de métier du généraliste.33.671.5
Un changement fondamental dans la manière de travailler des généralistes 22.142.2
La technicisation de la consultation30.758.8
Une augmentation de la distance entre le médecin et le patient6.329.6
Une diminution de l’importance du dialogue entre le médecin et le patient30.760.7
Une fausse réassurance au patient46.466.5
Une augmentation des attentes des patients 56.474.5
Une augmentation des inquiétudes des patients 23.648.9

Articles liés

Réponses

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *